Aller au contenu principal

Le blog du Muséum

Les coulisses du Muséum

Le Muséum prête ses œuvres - Les objets

Le 19 juillet 2023 par Louise Bourget

A l’occasion de l’exposition Esclavage, Mémoires Normandes, des objets issus des collections Afrique du Muséum ainsi qu'un cahier de Charles-Alexandre Lesueur ont été prêtés à l'Hôtel Dubocage de Bléville. Revenons sur cet évènement !

Une meilleure connaissances des cultures africaines

Les objets prêtés sont principalement exposés dans la salle Afrique, en début de parcours.

Celle-ci un intérêt particulier puisqu'elle permet d'entrevoir les cultures des individus déportés. Ici, le terme "cultures" englobe l'ensemble des organisations politiques, sociales, économiques et commerciales ainsi que leurs représentations et croyances propres.

L'idée est de mettre en avant l'individu, dans sa culture, plutôt que dans sa condition d'esclave. 

Les objets choisis ne sont pas nécessairement contemporains de la Traite coloniale. Principalement issus des 19e et 20e siècles, il offrent ainsi un aperçu plus large des influences et des évolutions culturelles.

Découvrons sans plus tarder la salle Afrique ! Deux vitrines y exposent les objets prêtés.

L’une d’elle est consacrée à l’Afrique de l’Ouest, l’autre à l’Afrique centrale.

Cartographie des principaux sites de traite des Normands sur les côtes d’Afrique centrale (gauche) et les côtes d’Afrique de l’Ouest (droite), J.M. Argentin

 

La vitrine Afrique centrale expose de véritables richesses historiques. Attardons-nous sur deux statuettes emblématiques.

Deux figures, une masculine et une fémine, sont représentées. Inspirées du style artistique des Vili ou des Yombe, elles permettent de faire le lien avec les peuples ayant participé au commerce d'esclaves. En effet, ce sont des communautés qui entretenaient des relations commerciales avec les Européens durant la Traite. 

La statuette féminine retient notre attention. C’est ce que l’on appelle une « maternité » (nommée « Pfembas »). Chez les Kongo, communauté voisine, la production de ces Pfembas a atteint son apogée lors de la Traite, lorsque s'est profilée une possible extinction de leur peuple.

Poursuivons avec le Masque Fang (photos ci-dessous).